Format des cours

Les cours, cette année, seront déclinés selon le schéma suivant :

  • cours d’armes (1 heure)
  • cours de taï jutsu (45 min) : une ou deux techniques vues, décortiquées, travaillées selon les canons propres à l’aïkido, style  Iwama.
  • self-défense (15 ou 20 min) : application de la (ou des) technique(s) vue(s) précédemment, lors de situations diverses d’agressions (étranglements, frappes, étreintes, etc.)

Ce nouveau découpage, ou plutôt l’ajout systématique de la dernière tranche, correspond à l’orientation que je souhaite imprimer au dojo et à mes cours. Il me semble en effet primordial de montrer le lien qui existe entre des techniques d’aïkido, qui répondent souvent à des attaques  codifiées peu réalistes, et des situations proches de la réalité d’une agression.

A cette occasion, on pourra voir que les techniques d’aïkido sont, pour beaucoup d’entre elles, tout à fait transposables, au prix de quelques adaptations mineures.

J’espère aussi que les liens entre les trois parties proposées apparaîtront de façon plus clairs  ; pratiquer les armes permet en effet de construire le corps et de mémoriser les placements qui se retrouveront à mains nues   (taï jutsu), cette dernière partie nous servira alors de base (placement, clés) pour répondre à des attaques plus réalistes. Nous profiterons aussi de la dernière partie pour travailler les coups de poings et pieds de base (à savoir donner pour tout pratiquant d’arts martiaux).

Je précise que pour moi (mais aussi pour un certain nombre de personnes 😉 ), la véritable puissance des arts martiaux (on peut aussi englober les sports de combat) réside dans le relâchement. Celui de l’esprit entraîne celui du corps.

Pour cela, l’aïkido est un formidable outil puisque nous multiplions les situations de saisie neutre et fortes dont il faudra se défaire.  D’un point de vue réaliste, cela n’a pas de sens (personne ne viendra vous saisir comme une brute et ne plus bouger ensuite) mais pour la recherche et la mise en place du relâchement, c’est indispensable.

Il ne restera plus alors qu’à transposer cet état en dynamique sur des attaques connues puis, sur attaques libres et inconnues, voire en cas de véritable atteinte à votre intégrité physique ou celle de vos proches.

Y a du boulot, mais … on est là pour ça, non ?

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s